La formation continue en émail chez Olivier Vaucher SA

img_1202.jpg

L’année 2003 marque un tournant dans l’activité des ateliers Olivier Vaucher avec l’arrivée de Dominique. C’est elle qui développe l’art de l’émail au sein de la société, auparavant uniquement dédiée à la gravure. Grâce également à la création du département technique, Olivier Vaucher SA s’est hissée comme cadranier d’art à part entière dans le milieu de l’horlogerie. Conscients de l’importance pour nos salariés d’actualiser leurs connaissances et de rester au courant des dernières techniques, nous investissons dans la formation continue afin de leur permettre d’exceller dans leur art. À ce propos, nous avons recruté en début d’année Florence, spécialiste de l’émail et passionnée par la formation et la transmission de savoirs, pour former notre équipe d’émailleuses. Nous en avons profité pour lui poser quelques questions sur son métier et son expérience dans notre entreprise :

Quelles sont d’après vous les qualités indispensables d’un(e) émailleur(euse) ?

F : « Je dirais tout d’abord la patience, car un(e) émailleur(euse) apprend tout au long de sa vie d’artisan. Ensuite l’humilité puisqu’il faut savoir se plier aux contraintes de la matière. L’ouverture aux autres et la curiosité sont également essentielles pour comprendre et aller plus loin dans le monde de l’émail. L’émailleur(euse) doit savoir aussi faire preuve d’audace, oser la nouveauté, et avoir confiance en ses capacités créatives. Enfin, l’opiniâtreté, c’est-à-dire ne pas avoir peur de l’échec et persévérer pour s’améliorer. »

Combien de temps vous a-t-il été nécessaire pour devenir pleinement opérationnelle en émail ?

F : « Un(e) émailleur(euse) n’est jamais vraiment pleinement opérationnel(le) car il/elle est toujours en apprentissage lorsqu’il/elle touche la matière. Pour ma part, il m’a fallu plusieurs années pour travailler de manière optimale. »

Comment vous êtes-vous formée à l’émail ?

F : « Ma formation à l’émail s’est faite en plusieurs temps :

  • J’ai d’abord appris, pour le plaisir, à travailler l’émail « industriel » et l’émail sur cuivre dans un atelier du Haut Jura français.
  • Par la suite, j’ai rencontré une émailleuse en horlogerie qui m’a enseigné les bases de la miniature émail.
  • J’ai commencé après cela à travailler pour une entreprise de haute horlogerie, ce qui m’a permis de développer mes connaissances et ma créativité.
  • Les rencontres avec d’autres artisans, les stages ou encore les expositions m’apportent aujourd’hui également beaucoup dans ma pratique de l’émail. »

Qu’est-ce qui vous plaît dans l’atelier d’émail d’Olivier Vaucher SA ?

F : « J’apprécie énormément le travail au sein de l’équipe d’émailleuses de la société Olivier Vaucher SA et la possibilité qui m’est offerte de transmettre mon savoir-faire. C’est une entreprise très tournée vers les nouvelles technologies et en recherche constante d’utilisations novatrices de la matière. J’aime aussi l’idée que de nouveaux développements en matière d’émail sont possibles dans  cet atelier.»

Quels pourraient-être les axes de travail en 2018 pour cet atelier ?

F : « Je pense qu’il pourrait être judicieux d’organiser des journées de découverte du monde de l’émail pour les membres de l’équipe afin d’optimiser leur potentiel créatif. L’accent pourrait être mis aussi sur la spécialisation des émailleuses : chacune possède des connaissances générales et il serait sûrement intéressant qu’elles maîtrisent une technique bien précise de façon approfondie. »